faux medicaments afrique

par Amindeh Blaise Atabong – Le mois dernier, le Système mondial de surveillance et de contrôle des produits médicaux inférieurs aux normes et falsifiés de l’Organisation mondiale de la Santé a lancé une alerte concernant la circulation de faux vaccins contre la méningite confirmés au Niger.

L’OMS a appelé à une vigilance accrue à tous les niveaux de la chaîne d’approvisionnement, en particulier en Afrique de l’Ouest après la découverte que le numéro de lot et la date de péremption du vaccin contre la méningite ne correspondaient pas aux véritables dossiers de fabrication.

Le mois dernier également, l’OMS a mis en garde contre la circulation au Cameroun de faux médicaments contre l’hypertension qui contenaient du glibenclamide au lieu de l’hydrochlorothiazide, avec des effets indésirables signalés chez les patients qui les prenaient. L’hydrochlorothiazide véritable est utilisé comme antihypertenseur et diurétique, tandis que le glibenclamide est un médicament antidiabétique. Cette alerte est survenue à un moment où la douane camerounaise venait de saisir des milliers de drogues d’une qualité douteuse.

Les cas du Cameroun et du Niger étaient les derniers d’une série d’incidents de contrefaçon de médicaments circulant dans des pays africains où la confluence malheureuse d’économies en difficulté, la faiblesse de la réglementation et la prépondérance de consommateurs peu instruits rendent certains de ces pays extrêmement vulnérables aux intermédiaires sans scrupules qui cherchent à faire un profit rapide sans égard pour la vie humaine. Ces dernières années, il est devenu plus facile de faire entrer clandestinement de faux médicaments en provenance de l’Inde et de la Chine, car de nombreux médicaments légitimes proviennent de ces mêmes pays.

Les pays africains sont également vulnérables parce que le marché légitime des produits pharmaceutiques sur le continent croît rapidement parallèlement à l’expansion démographique, créant à la fois des défis et des opportunités. Le cabinet de consultants McKinsey prévoit que la valeur de l’industrie pharmaceutique africaine doublera ou triplera pour atteindre entre 40 et 65 milliards de dollars d’ici 2020. Cela rend le secteur attractif pour les acteurs de l’industrie pharmaceutique mais aussi pour certains mauvais acteurs.

La portée et l’ampleur des produits médicaux non conformes aux normes et contrefaits, en particulier en Afrique subsaharienne, sont énormes, et leur impact est très large, selon les experts.

Un rapport de l’OMS montre que l’Afrique à elle seule représente 42 % des cas de produits médicaux inférieurs aux normes et contrefaits détectés dans le monde. L’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime suggère que la pénétration des produits pharmaceutiques contrefaits est beaucoup plus élevée dans les pays en développement, atteignant 30%, contre moins de 1% dans les pays développés. Il est largement admis que les auteurs de ce phénomène considèrent l’Afrique comme une cible facile parce que le continent dispose de faibles capacités et outils techniques par rapport à l’Occident.

Des recherches récentes estiment qu’un produit médical sur dix circulant dans les pays à revenu faible ou intermédiaire est soit inférieur aux normes, soit faux. D’après les recherches de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, cela cause de 64 000 à 158 000 décès liés au paludisme chaque année en Afrique subsaharienne. Selon un rapport de l’Université d’Edimbourg, 72 000 à 169 000 enfants supplémentaires meurent chaque année d’une pneumonie due à des antibiotiques faux ou inférieurs aux normes.

La prolifération de médicaments de qualité inférieure aux normes et de faux médicaments en Afrique est complexe, ce qui rend difficile sa compréhension. Mais des initiatives pour faire reculer ce fléau dont l’impact reste extrêmement préjudiciable sont en train de prendre forme. En 2018, la Tanzanie a été félicitée pour avoir franchi une étape importante, étant le premier pays d’Afrique à avoir un système de réglementation des produits médicaux qui fonctionne bien.

Trouver un moyen

Les appareils d’analyse pour détecter les faux médicaments coûtent très cher pour une utilisation généralisée dans de nombreux pays africains, coûtant entre 45 000 $ et 67 000 $, et sont pour la plupart importés. L’obstacle est encore compliqué par l’absence de collecte systématique de données sur les médicaments contrefaits et de qualité inférieure sur le continent. Face à cela, les innovateurs africains élaborent des solutions locales pour s’attaquer au problème.

Franck Verzefé, pharmacien camerounais, a développé True-Spec, un appareil portable qui utilise l’intelligence artificielle appelée RAI (Real Active Ingredient) pour permettre aux hôpitaux, pharmacies, laboratoires pharmaceutiques et centres de contrôle qualité de vérifier si certains médicaments sont vrais.

“Ce processus prend moins de 20 secondes et peut se dérouler n’importe quand et n’importe où “, explique M. Verzefé. “Cette solution permet à l’utilisateur d’économiser de l’argent et de construire une base de données pour l’aider à estimer l’impact réel des produits médicaux de qualité inférieure ou contrefaits et à collecter, structurer et analyser systématiquement des données précises, fiables et de qualité pour l’Afrique. Son innovation figure parmi les 30 meilleures innovations du Défi innovation 2019 de l’OMS qui récompense les innovations axées sur la santé pour répondre aux besoins de santé non satisfaits de l’Afrique.

Au Ghana, l’entrepreneur social Bright Simons a fondé mPedigree, une innovation qui utilise un simple code SMS pour aider les clients à vérifier l’authenticité des médicaments. L’innovation a ses codes sur des millions de médicaments au Ghana, au Nigeria, au Kenya et en Inde, avec des projets pilotes et de faisabilité dans d’autres pays africains.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici