Paramètres de la réussite de l’insémination artificielle

Paramètres liés à l’animal inséminé

Age et numéro de lactation
Il est fréquent, chez la vache, d’observer une réduction de la fertilité liée à l’âge. Chez la vache laitière, une réduction de la fertilité est liée à l’augmentation du numéro de lactation.

Nombre de jours post-partum selon l’espèce
Les vaches zébus ont une période d’infécondité, après vêlage, plus longue que les vaches taurines. Le meilleur taux de fécondité s’observe entre 70 et 90 jours après la mise bas.

Etat sanitaire de l’animal
Chez la vache laitière, kystes ovariens et infections génitales, maladies comme la brucellose affectent négativement la fertilité.

Les parasitoses, endémiques en zone tropicale, ont des répercussions importantes sur la fertilité des animaux. L’augmentation des pathologies pendant la saison pluvieuse impacte gravement la fertilité de l’animal.

Paramètres non liés à l’animal

L’alimentation, la lactation, la détection des chaleurs et la maitrise technique de l’inséminateur influent sur la réussite de l’insémination artificielle.

Alimentation
Dans les conditions d’élevage en milieu tropical, La vache présente, après la mise-bas, une période d’infertilité physiologique qui dure environ 3 mois chez les vaches allaitantes et 2 mois chez les vaches lactantes. Cet période d’infertilité peut être très allongée en présence de certains facteurs comme l’a sous alimentation.

Lactation
L’allaitement ou la lactation prolonge l’activité cyclique de l’ovaire après la mise bas. Pour une même production, la tétée du veau retarde beaucoup plus le retour de la fertilité que la traite. La fertilité des femelles allaitantes ou en lactation est toujours plus faible que celle des femelles sèches.

Maitrise technique de l’inséminateur
Le taux de gestation varie en fonction de la technicité de l’inséminateur et de son expérience. Les faibles taux de fertilité de nombreuses campagnes d’insémination sont directement liés à la faible maîtrise technique des inséminateurs nouvellement formés ou trop peu pratiquants.

Détection visuelle des chaleurs
L’efficacité de la détection des chaleurs, en production laitière, est un facteur déterminant de la réussite de l’insémination. Elle influe directement sur l’intervalle mise-bas-insémination. Des chaleurs non détectées retarde l’insémination de 21 jours.

Stress thermique
Chez la femelle,on observe communément une réduction de la durée et de l’intensité des chaleurs. Les températures élevées détériorent la qualité de la semence en diminuant le pourcentage de spermatozoïdes mobiles et en augmentant les formes anormales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici