agriculture elevage afrique senegal
Si le concept d’économie d’échelle est très familier, celui des économies de gamme l’est beaucoup moins. Les économies d’échelle traduisent la baisse du coût moyen de production (unitaire) consécutive à une hausse de la production et renvoient à la question : est-ce que cela coûte moins cher de produire davantage de biens avec davantage de facteurs de production ?
C’est le cas lorsque les rendements d’échelle sont croissants et que la production varie de façon plus importante que la variation des facteurs de production utilisés.La production d’une unité supplémentaire s’accompagne alors d’une baisse du coût unitaire et on parle dans ce cas là d’économie d’échelle.
Alors que les économies d’échelle sont souvent associées à des dynamiques de spécialisation d’une entreprise dans la production d’un bien particulier, des avantages économiques peuvent aussi être induits par la production par une entreprise de plusieurs biens, qui peuvent être liés entre eux ou n’avoir aucune relation. Sur le plan des coûts, la combinaison de productions peut permettre une utilisation et une gestion conjointe des facteurs de production. Sur le plan de la production, la production du bien A peut donner lieu automatiquement à la production du bien B.
Il y a économie de gamme (ou de portée ou d’envergure) quand une compagnie qui produit 2 biens (ou plus) peut atteindre un volume de production supérieur ou avoir des coûts de productions inférieurs par rapport à 2 entreprises (ou plus) produisant chacune un seul bien(avec une même quantité de facteurs). En bref, des économies de gamme signifient qu’il est moins coûteux de produire plusieurs biens ensemble plutôt que séparément.
Ainsi, une compagnie peut réaliser des économies de gamme même si son processus de production génère des dés économies d’échelle.
Ces éléments, issus d’une présentation de HEC Montréal sont caractéristiques du concept tel qu’il est manipulé en économie industrielle. En agriculture, ce concept est utilisé par de rares auteurs mais avec des implications thématiques beaucoup plus larges.
Dans une analyse critique du développement de l’agriculture depuis quelques décennies, qui s’est traduit par une transformation de modes de production autonomes voire autarciques en modes de production hétéronomes, Dominique Vermersch (2004) utilise justement ce concept pour critiquer la dissociation des productions végétales et animales au sein des exploitations :
« Cette hétéronomie est à l’origine d’une dissociation des productions, comme celle que nous observons entre cultures et élevage, dissociation à l’origine de la plupart des nuisances agri-environnementales et d’une préférence pour l’échelle plutôt que pour la gamme de production.(…), le système des prix garantis et la forte innovation technologique induite de ces dernières décennies ont soustrait à l’entreprise agricole une large part de l’emboîtement comme de la coordination d’activités de production qu’elle assurait traditionnellement.
Cette part se trouve désormais assurée par des firmes industrielles situées en amont et en aval de l’agriculture qui ont, de fait, ôté une part de la multifonctionnalité dévolue traditionnellement à l’agriculture. La contribution de l’entreprise agricole au process agricole et agroalimentaire se trouve ainsi amoindrie, de même que les aménités environnementales évoquées précédemment. (…), l’internationalisation des marchés conduit à une anonymité des échanges et permet en conséquence de s’affranchir sournoisement de la caution éthique liée aux actes de production comme de consommation.
(…) Entre échelle et gamme de production, le choix n’est donc pas seulement économique mais se double d’une dimension morale , concernant tant les producteurs que les consommateurs. Ainsi, une situation de deséconomies de gamme mesurées en termes de coût privé peut se convertir en économies de gamme positives si celles-ci sont mesurées en termes de coût social. Restreindre la mesure des économies de gamme en termes de coûts privés de production peut cautionner en effet à terme le dumping écologique. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici